Affaire Priore/Grandes lignes

Un livre de Wikilivres.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
En travaux

Cette page est en travaux. Tant que cet avis n'aura pas disparu, veuillez en considérer le plan et le contenu encore incomplets, temporaires et sujets à caution. Si vous souhaitez participer, il vous est recommandé de consulter sa page de discussion au préalable, où des informations peuvent être données sur l'avancement des travaux.

Sommaire du livre
CHAPITRES
  • Avant propos
  • Les grandes lignes de l'Affaire Priore
  • Historique de l'Affaire (27 pages)
  • Les appareils d'Antoine Priore (85 pages)
  • Les expériences biologiques (105 pages)
  • Les problèmes « humains » de l'Affaire (15 pages)
  • L'après-Priore (25 pages)
ANNEXES
  • Le Calendrier de l'Affaire Priore (450 pages)
  • Personnalités cités (30 pages)
Notes de synthèse
Le rapport Bernard-Latarjet (29 pages) Les souris anglaises (21 pages) La commission de 1969 ((27 pages) La commission de 1960 (5 pages)
L'Académie des sciences (13 pages) Leroy-Somer (40 pages) S.O.V.I.R.E.L. (10 pages) Les finances de l'Affaire Priore (10 pages)
La D.R.M.E. et la D.G.R.S.T. (10 pages) I.N.S.E.R.M. (15 pages) La thèse universitaire d'Antoine Priore Affaire Priore/Le Comité de soutien (10 pages)
Diverses rumeurs (20 pages) La Mairie de Bordeaux (5 pages) La Presse, Radio et T.V. (30 pages) Le P.I.O.M. (10 pages)


L'AFFAIRE PRIORE EN 25 ETAPES


Nous présentons ci-dessous un résumé très condensé de l’Affaire Priore. Ce résumé permet de situer les événements principaux les uns par rapport aux autres.

  1. L’Anécdote apocryphe. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Antoine Priore, radio-technicien dans la marine italienne, observe que des oranges oubliées plusieurs semaines dans la zone d'influence d'un champ électromagnétique n'ont pas moisi.
  2. 1946 - 1950. Installé à Bordeaux, Antoine Priore ouvre un atelier de construction et de réparations radioélectriques. Il consacre ses moments perdus à imaginer et à construire des appareils produisant un rayonnement électromagnétique destiné à conserver les fruits et légumes.
  3. 1950 - 1957. Antoine Priore a obtenu l'accès aux laboratoires des abattoirs municipaux de Bordeaux où il travaille avec Francis Berlureau, vétérinaire. Ils font des expériences sur les animaux, au cours desquelles Antoine Priore découvre les effets de son rayonnement électromagnétique sur les tumeurs cancéreuses animales.
  4. 1953 - 1961. Deux médecins, les docteurs M. Fournier et H. Dagréou, travaillent avec Priore pour prodiguer des soins auprès des personnes atteintes de divers types de cancer. De cette façon Antoine Priore développe, d’une façon empirique, des appareils de plus en plus complexes.
  5. 1959 Antoine Priore rencontre deux chercheurs, J. Biraben et G. Delmon de la Faculté de Médecine de Bordeaux. Ils expérimentent sur des rats greffés avec la tumeur T8. Des résultats positifs sont obtenus sans que soient éclaircies la nature et la composition exactes des rayonnements électromagnétiques utilisés.
  6. 1960 Une commission de la Faculté de Médecine de Bordeaux, sous la présidence du Pr. F. Tayeau, refuse de cautionner une demande de subventions de Priore, Biraben et Delmon. Commission devant laquelle Antoine Priore refuse de dévoiler les ‘secrets’ de son appareil ou d’apprendre à une tierce personne son maniement. Il refusera jusqu'à sa mort.
  7. 1963 Antoine Priore prend contact avec les Professeurs M. Guérin et M. R. Rivière, du centre anticancéreux de Villejuif, qui acceptent de se livrer à des expériences sur des rats auxquels on a greffé des tumeurs expérimentales: régression complète des tumeurs et disparition des métastases.
  8. 1964 Premières publications des observations de l’effet biologique du rayonnement Priore dans les comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris.
  9. 1965 Le Pr. Courrier présente les résultats de Rivière et Guérin à l'Académie des sciences, en séance publique, le 1er mars 1965. Le monde scientifique prend violemment parti ‘pour’ ou ‘contre’.
  10. 1965 La firme LEROY-SOMER d'Angoulême signe un contrat avec Antoine Priore pour la construction d’un nouvel appareil, le M235, et pour commercialiser ses brevets. Une collaboration très ‘houleuse’ commence.
  11. 1966 Des chercheurs du Chester Beatty Institut de Londres, le ‘Villejuif’ anglais, prennent contact avec Antoine Priore et expérimentent son appareil avec des souris et rats avec diverses tumeurs greffées.
  12. 1966 Le Pr. Pautrizel (Faculté de Médecine de Bordeaux) commence ses expériences sur l'influence d'ondes électromagnétiques sur la souris infestée par le Trypanosoma equiperdum. Résultats positifs, publiés à l'Académie des sciences.
  13. 1966 Le Pr. R. Latarjet (Fondation Curie, Paris) lance une rumeur (et l’entretient pendant 20 ans) selon laquelle les expériences avec l’appareil Priore sont « truquées ».
  14. 1967 - 69 Avec l’aide du Pr. Pautrizel, Antoine Priore construit un nouvel appareil, plus puissant que les précédents.
    Des centaines d’expériences du Pr. Pautrizel et de son équipe pendant la période 1969 - 1978 démontrent que le rayonnement Priore ne détruit pas directement les divers agents pathogènes, mais qu’il provoque une stimulation des systèmes de défenses immunitaires chez le sujet exposé.
  15. 1969 Une commission de Contrôle reconnaît officiellement l'effet biologique du rayonnement émis par l'appareil de Priore sur l’expérience de base avec les souris infestées avec les Trypanosomes.
  16. 1970 - 1971 La D.R.M.E. subventionne les recherches du Pr. Pautrizel et charge deux physiciens du CNRS, A. J. Berteaud et A. M. Bottreau, d’effectuer une étude physique du rayonnement émis par l’appareil Priore et utilisé par le Pr. Pautrizel.
  17. 1975 L’INSERM supprime l’unité de recherches du Pr. R. Pautrizel à cause de ses travaux avec PRIORE.
  18. 1971 - 1977 La DGRST accorde une subvention de 3,5 M.F. à la société LEROY-SOMER, pour la construction d’un appareil Priore à paramètres variables. Après bien des difficultés, un appareil gigantesque est construit. Quelques expériences sont faites en février 1975 mais, un peu plus tard, une fausse manœuvre détruit une grande partie de l’appareil.
  19. 1977 Le président de l’université de Bordeaux met fin au projet de soutenance de thèse par Antoine Priore.
  20. 1977 - 1979. Sous l'égide du Pr. Dubourg, Pr. Courty et du Pr. Pautrizel, des expérimentations, avec l’appareil de Priore financé par le Pr. Pautrizel, sont faites sur des malades du cancer. Résultats très encourageants.
  21. 1978-1980 Impossibilité de trouver un financement pour reconstruire l’appareil en panne de LEROY-SOMER.
  22. 1981 Le Pr. Pautrizel est convoqué à l’Élysée. Le Président Giscard d’Estaing donne son "feu vert" le 2 février pour débloquer la situation et que des médecins militaires de la C.R.E.S.S.A. prennent l’Affaire en main. Le changement de Président en Mai 1981 bloque de nouveau la situation.
  23. 1982 Un rapport, écrit par le Pr. J. Bernard et le Pr. R. Latarjet, démolit le dossier Priore tout en reconnaissant que le rayonnement émis a un effet biologique incontestable dans le domaine immunologique !
  24. 1983 Mort d'Antoine Priore le 9 mai, sans laisser le « secret » du fonctionnement de ses appareils.
  25. 1984 Publication de deux livres sur l’Affaire PRIORE : Jean-Pierre Bader, Le cas Priore : Prix Nobel ou imposture ?, J.C. Lattès, , 223 p. et Jean-Michel Graille, Dossier Priore : une nouvelle affaire Pasteur ?, Paris, Denoël, , 307 p. (ISBN 978-2-207-23002-2)

A partir de 1984 diverses groupes hétéroclites tentent de retrouver l'« effet Priore », sans succès jusqu'à ce jour.