Catégories Wikipediaclose
-

Résultats 1 - 10 sur un total 1258 pour  Wikisource / Sampdoria ac / Wikisource    (1821697 articles)

Page:Piedagnel - Pastels et Fusains, AC, vol. 62.djvu/6 Imprimer cet article

Vingt ans ! — Jusqu’à la dernière heure, Son cœur eut cet âge béni ! Sous l’humble toit de sa demeure L’hirondelle avait fait son nid… Mais pourquoi pleurer le poète, Puisque son nom toujours vivra ? Dès avril, à Rose, à Ninette, L’écho des bois le redira.

wikisource.org | 2016/6/30 11:37:47

Page:Rouquet - Petits Poèmes, AC, vol. 68.djvu/4 Imprimer cet article

Puis, quand de la lutte effaçant la trace, Un gazon épais vint les recouvrir, Deux bâtons en croix dirent seuls la place Où ces fiers français avaient su mourir. II Or, douze ans après, sur cette colline Que les allemands voudraient oublier, La petite croix ayant pris racine

wikisource.org | 2016/11/20 9:15:11

Page:Lavedan - Il est l’heure, AC, vol. 47.djvu/10 Imprimer cet article

Cette situation devenait intolérable. Par instants, pris de folie, je m’imaginais être le principal intéressé, attendre pour mon propre compte... et je m’avouais tout bas : « Je ne me tiendrai jamais jusqu’au bout, je mourrai dégoûtamment ; il faudra me traîner. » A la pensé

wikisource.org | 2019/2/25 17:33:20

Page:Gandillot - Tes seins, AC, vol. 64.djvu/2 Imprimer cet article

Page:Gandillot - Tes seins, AC , vol. 64.djvu/2 La bibliothèque libre. Aller à : navigation , rechercher Cette page a été validée par deux contributeurs. IMPRÉCATIONS P rends garde ! Mon amour, femme, devient la haine, J’ai conçu dans l’âme un désir immodér

wikisource.org | 2016/10/22 22:54:53

Page:Péladan - La Décadence latine, AC, vol. 69.djvu/6 Imprimer cet article

Baignés d’un clair obscur mystérieux, les yeux immenses « qu’un ange très savant a sans doute aimantés », regardent d’ineffables choses ; et réverbèrent une surhumaine mélancolie, tandis que passe sur l’arc vibrant des lèvres détendues, la douceur et le défi d’une ironique

wikisource.org | 2016/7/23 17:08:36

Page:Rouquet - Petits Poèmes, AC, vol. 68.djvu/8 Imprimer cet article

Dans le vague qui m’oppresse, Pris comme en un morne étau, On dirait que mon cerveau Se complaît dans sa détresse. De l’implacable tristesse Je sens le subtil réseau, Dans le vague qui m’oppresse, Pris comme en un morne étau. Et je songe à ma jeunesse Qui fuit lambeau

wikisource.org | 2016/11/20 9:07:27

Page:Péladan - La Décadence latine, AC, vol. 69.djvu/1 Imprimer cet article

Même avant ce septennaire d’édition où je le manifeste, le vice suprême n’était-il pas Votre livre parmi mes livres, dans l’esprit de tous implicitement dédié ? L’explicité d’aujourd’hui renouvelle un ancien et double hommage. Je Vous le vouais, pendant la parturition

wikisource.org | 2016/7/14 20:35:30

Page:Péladan - La Décadence latine, AC, vol. 69.djvu/2 Imprimer cet article

Considérez que la thaumaturgie suprême réside à émouvoir les cerveaux et les cœurs pour y régner ; et dites-moi, lord Byron français, dont les pages vermillonnent de reflets de fournaises, incendiaires aux imaginations vives ; dites-moi, critique des œuvres et des hommes , qui, en

wikisource.org | 2016/7/14 20:47:16

Page:Péladan - La Décadence latine, AC, vol. 69.djvu/3 Imprimer cet article

des anges qui retenez le ciel, rayonnez sur la double étoile terrestre que nous sommes, couronnez de regards propices cette chère Ève ; que son cœur, comme un lac profond et pur, vous reflète étincelles d’amour, cierges de Dieu, Étoiles ! » ÉROS-ROI I É ros , roi des cœur

wikisource.org | 2016/7/17 20:35:43

Page:Péladan - La Décadence latine, AC, vol. 69.djvu/4 Imprimer cet article

Insuffle à cette argile et l’extase amollie du plaisir qui s’avance et les spasmes vibrants. C’est toi qui règnes et resplendis quand, sous l’or d’Hélios, la strideuse cigale chante les pâmoisons de la terre enflammée, quand l’argent de Phœbée poudroie dans la nuit bleue

wikisource.org | 2016/7/17 20:54:40